Couverture 4G : Orange et Free prêts à s’allier ?

Sur la 4G, Free et Orange envisageraient de collaborer pour l’implantation d’antennes mutualisées en zones peu denses. Une formule gagnant-gagnant ?

Les temps sont durs financièrement pour Free : dans ce contexte, comment faire face aux lourds investissements pour densifier la couverture 4G du territoire ? Piste explorée par l’opérateur, selon les informations de BFM TV.com : une nouvelle alliance avec Orange, qui verrait les deux partenaires implanter ensemble 2 000 à 3 000 antennes supplémentaires en zone peu dense. Alors que l’accord d’itinérance sur la 3G entre les deux partenaires est sur le point de s’achever (en 2020), les deux acteurs envisageraient en effet de reconduire cette alliance de raison sur la 4G.

Cela permettrait à Free, qui investit déjà 1,5 milliard d’euros par an, soit 30% de son chiffre d’affaires, de satisfaire aux exigences du régulateur sans risquer l’asphyxie. Orange pourrait de son côté continuer à engranger les confortables loyers réglés par la filiale d’Iliad pour l’utilisation de son réseau – de l’ordre de 4 milliards d’euros tout de même sur la période 2012-2020.

L’idée est dans l’air depuis deux ans, et a la bénédiction du régulateur, pour qui toute accélération sur la 4G par la mutualisation est bonne à prendre. Tout le monde aurait donc à y gagner, mais reste encore à s’entendre sur le degré de dépendance de Free à l’opérateur historique : selon les informations du média en ligne, les deux acteurs s’apprêteraient à entamer cet été des négociations qui porteront notamment sur le contrôle du réseau, que la marque d’Iliad ne souhaite pas entièrement abandonner à Orange.

Lire l'article de BFMTV.com

Inscrivez-vous à notre newsletter

Vous acceptez de recevoir notre lettre d'information par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité.

Boostez votre connexion internet

Avez-vous accès à la fibre ?

Vérifiez dès maintenant quels sont les opérateurs disponibles chez vous.

Je teste mon éligibilité