Enchères 5G : le spectre du déséquilibre

Après deux journées d'enchères, les quatre opérateurs ne sont pas parvenus à se départager les 11 blocs de fréquences proposés.

Il n'y en aura pas pour tout le monde. Les deux premières journées d'enchères portant sur les blocs de fréquences de la bande 3,5 GHz qui seront exploités pour la 5G ont permis de connaître les prétentions des quatre opérateurs en lice. Orange souhaite acquérir cinq blocs, SFR et Bouygues Télécom trois chacun, et Free Mobile se contenterait de deux, a ainsi indiqué l'Arcep au terme de ces rounds d'observation. Soit treize en tout, quand il n'y a que onze blocs de 10 MHz à distribuer.

enchere-5g-journee-2

Source : Communiqué Arcep

Conséquence : tant qu'un ou deux candidats n'auront pas revu leurs ambitions à la baisse, les prix continueront d'augmenter. 3e round aujourd'hui, avec un prix de départ à 114 millions par blocs, et des augmentations par palier de 3 millions tant que la demande ne sera pas strictement égale à l'offre.

Orange écrase les enchères

Avec ses cinq demandes, l'opérateur historique a, sans surprise, placé la barre haut dans ces enchères. S'il parvient à ses fins en s'octroyant près de la moitié des fréquences en jeu, cela signifiera qu'un, ou plus probablement deux de ses concurrents auront jeté l'éponge et renoncé à un bloc. Et qu'Orange, disposerait, à l'issue de ce premier tour, de 100 MHz pour faire tourner la 5G dans la bande des 3,5 GHz, quand ses concurrents repartiraient avec 70 MHz, 60 MHz, voire 50 MHz en cas de scénario catastrophe pour Free. Rappelons en effet que les segments de 10 MHz pour lesquels bataillent actuellement les opérateurs viennent compléter un autre, plus conséquent (50 MHz), attribué à chaque protagoniste au printemps dernier.

[MAJ du 01/10 : comme nous le fait remarquer un lecteur avisé, les prétentions élevées d'Orange méritent explication. Elles doivent se comprendre, notamment, à l'aune de son parc d'abonnés, bien plus conséquent que ceux de ses concurrents, et dont il doit être en mesure de satisfaire la demande.]

60 MHz minimum

Pourrait en résulter une distribution potentiellement déséquilibrée que redoutait l'Arcep elle-même il y a près d'un an, quand elle discutait les derniers réglages de la procédure avec Bercy. Et notamment de définir la taille du premier bloc alloué à prix fixe. "Avec des blocs à 50 MHz, pour un total de 310 MHz, le risque est de voir un opérateur obtenir deux fois plus de fréquences qu’un autre", avait alors prévenu son président Sébastien Soriano. Un peu plus tôt, Bouygues Télécom s'était ému lors d'une consultation de l'Autorité d'un mécanisme "totalement contraire à l’objectif d’équité spectrale", tandis qu'Iliad avait clairement annoncé la couleur. Impossible, expliquait la maison-mère de Free, de faire mieux que la 4G et approcher le 1 Gb/s, ou encore développer des services aux entreprises, si elle ne parvenait pas à décrocher au moins 60 MHz au total.

Reste donc à savoir jusqu'où ces acteurs seront prêts à aller pour préserver leur compétitivité sur la 5G. Le plus haut possible, espère l'Etat, qui pouvait d'ores et déjà compter sur 2,65 milliards d'euros de recettes à l'orée de cette 3e journée d'enchères.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Vous acceptez de recevoir notre lettre d'information par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité.

Boostez votre connexion internet

Avez-vous accès à la fibre ?

Vérifiez dès maintenant quels sont les opérateurs disponibles chez vous.

Je teste mon éligibilité